Actuellement à Madagascar, Jyoti Vennix, Kevin Brooking et Alessandro Carocci nous envoient des nouvelles du "Projet Mahafaly" qui se déroule en association avec Handicap International Belgium et Sentinelles:

Nous sommes très fatigués après avoir joué pour plus de 5000 enfants et adultes…Mais l’esprit est fort ! Jour off ici à Antananarivo après 2 splendides spectacles hier. Ils ont eu lieu dans une prison pour les jeunes (surtout des enfants de rue) et un spectacle pour enfants et jeunes handicapés.

Les Ecoles:

Pour les écoles Handicap International est responsable d’un projet dans la province de Boeny, Mahajunga. 8 heures de route depuis la capitale jusque Mahajunga. Un parcours sur un chemin serpentant à travers une verdure brillante, des fleuves en tempêtes. Un aspect cuivre et la terre rouge/ocre couleur cannelle. Mahajunga est un grand port et il faisait trop trop chaud, chaleur hammam ! Le projet compte 18 écoles et +- 50 profs. Les profs sont formés aux techniques éducatives avec un accent sur l’inclusion des personnes handicapées ou différentes. A Madagascar par exemple, dans certaines régions les jumeaux sont considérés maudits et donc mis dans les enclos avec les Zébus (Vaches). S’ils survivent à la course des toaureaux, ils peuvent continuer à vivre. Quelle sorcellerie !

Le Stage :

Nous avons fait 2 jours complets de stage et pour que la formation soit cohérente l’ensemble des profs ont assisté au spectacle et ont pris connaissance de notre approche. H I a imprimé une 50aine de livre « Apprendre à Travers le Rire » traduit de l’anglais au français puis du français au malgache. The Funky Chicken devient La Poule Funky qui devient en malgache L’Akoho Funky !

Nous attendons de voir si ça devient une méthode qui peut être poursuivie et peaufinée, les retours des animateurs de HI dans 5 ou 6 mois nous permettrons de le savoir. Après un jour de stage, après avoir vu le spectacle et en possession du livre, les profs ont la possibilité de comprendre le fonctionnement des jeux, les stratégies d’apprentissage et comment utiliser les activités pour renforcer les capacités des enfants.

Pour le stage, nous avons fait les jeux pour garder l’attention des élèves (Javi Javi), puis les jeux énergisants et les jeux de concentration. On a expliqué et on a montré que les enfants doivent beaucoup 1. Respirer 2. Bouger 3. Avoir une stimulation imaginaire.

Lors de ce premier stage, les 25 profs présents se sont bien amusés au point d’être émus. Même dans le stage, l’inclusion était activée car les 3 formateurs de prison pour les jeunes étaient invités. Ils étaient très touchés de venir participer et on sent qu’ils avaient besoin de renforcement. Les photos vont tout dire.

On dit que si on travaille avec quelqu’un pendant une semaine on leur enseigne moins que si on joue ensemble pour un jour…et c’était le cas. Les gens la campagne sont arrivés bien timides mais sont ressortis du stage grandis et avec une légèreté dans leurs pas. Le prochain stage a lieu ici à Tana. Il regroupe les formateurs de plusieurs organisations qui travaillent avec des personnes handicapées et à l’école de Cirque Aléa les Possibles.

H I a changé son nom. Elle n’est plus Handicap International mais Humanité et Inclusion. Ils l’ont fait pour plusieurs raisons. Le mot handicap devient une appellation peu appréciée dans le monde médico-social. La personne est censée être plus importante. Donc on dit « personne mal entendante, ou personne handicapée et pas un handicapé » ! Ils ont élargi leur sphère d’influence pour n’être plus seulement liés avec le handicap mais aussi avec l’éducation, l’inclusion des personnes différentes dans la vie quotidienne, l’influence des polices gouvernementales et aussi des activités dans les prisons. L’épilepsie est peu comprise, surtout dans les villages. H I a démarré un programme dans plusieurs régions au niveau national afin d’augmenter leur compréhension. Il y a aussi un programme pour la traitement de la Filariose ou "Elephantitis".

Encore merci à Annabel Morgan et CSF Suède pour les documents, jeux et soutien…

Valooma !

Belle journée!

Kevin, Jyoti, Alessandro

Photos prises par notre chauffeur/artiste :Fanomezantsoa (Fano) Randrianandrasana

L’éducation est considérée comme une des clés les plus importantes pour sortir de la pauvreté et pour casser le cercle vicieux des violences conjugales, des abus sexuels et des mariages précoces. Les enfants sont souvent appelés à travailler dans les rizières, ou pour s’occuper des animaux. Donc, aller à l’école jusqu’au secondaire et atteindre le niveau universitaire est rare, surtout dans les familles pauvres. Parfois, une famille choisit un seul enfant pour aller à l’école et le reste de la famille doit travailler pour payer les frais. Dans la famille de notre chauffeur, un des ces oncles est devenu chef de police grâce aux études payées avec l’argent récolté par sa grand-mère et ces frères en faisant des lessives.